Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Interview de Monsieur Philippe Gaudon

Publié le par Charisson dans l'Espace

Interview de Monsieur Philippe Gaudon, chef de projet du robot Philaé au CNES.

 

  1. Pensez-vous qu’aujourd’hui cette mission soit pleinement atteinte ?

Oui les objectifs de la mission sont totalement atteints. C’est-à-dire qu’on avait 22 instruments scientifiques, 12 sur la sonde Rosetta, 10 sur l’atterrisseur Philae, tous ont bien fonctionné et sur Rosetta ils ont fonctionnés pendant 2 ans et demi, donc on a des montagnes de données qui sont arrivées sur la Terre et qu’on va exploiter, et on va savoir grâce à ça, la forme de la comète, mais aussi la composition, la température, le niveau de dégazage, l’interaction avec le vent solaire, et de toutes ces données on va savoir ce qu’est vraiment une comète.

 

  1. Quels sont les problèmes auxquels vous avez dû faire face lors de cette mission ?

Il y a eu beaucoup, beaucoup d’étapes, c’est-à-dire que malgré une fusée extrêmement puissante qui s’appelle Ariane, pour nous lancer, la vitesse était totalement insuffisante pour arriver à la comète donc il fallait survolé plusieurs planètes pour s’élancer, ça s’appelle l’effet de fronde et grâce à ces survols de la Terre 3 fois et de Mars, et bien on est arrivé à aller vers la comète, ce qui fait, qu’on a passé 10 ans dans une phase dite de croisière pour arriver jusqu’à la comète.

Et une fois qu’on était là, en fait on était allé vers une comète qu’on ne connaissait absolument pas  la forme on l’a découverte en arrivant, donc on a appris à connaitre cette comète très rapidement et à déterminer l’endroit où on va aller se poser dessus, donc il y avait ce challenge-là, et puis après, c’est le challenge de Philae, arrivé à se poser à l’endroit prévu. Alors là on a un petit peu raté les choses, on a touché le sol à l’endroit prévu, mais il y a 2 systèmes qui n’ont pas fonctionné alors on a rebondi et on s’est retrouvé un peu les pieds en l’air à la surface de la comète un peu plus loin. Donc ça c’était un gros challenge.

 

  1. Pourquoi avoir coupé tous les systèmes de Rosetta au moment de son posé ? Ne pas avoir gardé  (ou tenté de garder) une quelconque communication après son posé ?

C’est vrai, moi j’aurai bien aimé qu’on essaie de continuer, mais avec la trajectoire qu’on avait aujourd’hui pour aller taper la comète, de toute façon même si on avait rien fait, la sonde ce serait cassée et donc elle se serait éteinte d’elle-même. Je ne crois pas qu’elle pouvait survivre dans ces conditions-là, il aurait fallu changer la trajectoire d’atterrissage pour qu’elle survive à la surface.

 

  1. Quels sont vos sentiments personnels, que ressentez-vous maintenant que la mission Rosetta est terminée, et après tant d’années de travail sur ce programme, que vous reste-t-il, aujourd’hui, de cette mission ?

J’ai un peu de mal à réaliser, moi ça fait 15 ans que je travaillais dessus, et on a travaillé avec des évènements, l’arrivée à la comète, l’atterrissage etc…, j’ai donc l’impression que dans 3 mois ou dans 6 mois il va y avoir à nouveau une nouvelle étape, et c’est pas le cas, donc aujourd’hui je suis triste mais je n’arrive pas à le réaliser mais je pense que dans quelques semaines quand on ne parlera plus du tout de Rosetta, plus du tout de nous, là ça y est ce sera ae fin de la mission et je serai encore beaucoup plus triste.

 

  1. Qu’allez-vous faire maintenant, sur quel programme allez-vous travailler ?

Personnellement, je vais commencer à travailler, pas sur un projet unique, j’essaie de mettre au point de nouveau projets d’exploration de planète, de comète, d’astéroïdes ou d’observation lointaine, d’exo planète etc… je suis responsable de rechercher de nouveaux projets et c’est très compliqué de les faire parce qu’il faut les faire en coopération avec beaucoup d’autres pays et ça coute très cher, donc c’est compliqué.

 

  1. Combien de temps prend une communication entre Rosetta et la Terre ?

C’est très variable parce que ça dépend de la distance entre la comète et la terre, donc entre Rosetta et la Terre, et aujourd’hui c’était 40 minutes. Il faut savoir que  par exemple entre la Terre et la lune, c’est 1 seconde, seulement, la communication et là c’est 40 minutes, donc 40 fois 60 fois plus loin que la lune, on était.

 

  1. Peut-on envisager d’envoyer des sondes du type de Rosetta plus loin dans l’univers, en restant en communication ?

Oui, parce qu’on a l’exemple les sondes Voyagers lancées par la NASA dans les années 80, elles continuent à survivre, et elles continuent à survivre parce qu’à l’intérieur on a mis une petite source radioactive, qui donne de l’électricité tout le temps, si on avait envoyé Rosetta plus loin malgré ces énormes panneaux solaires, elle ne pouvait plus fonctionner parce que le soleil devenait comme une étoile. Trop petite, mais c’est tout à fait possible.

 

  1. Les sondes comme Rosetta fonctionnent grâce à des panneaux solaires qui ont montrés leurs limites. Des recherches sont-elles menées pour trouver une autre source d’énergie afin d’y pallier ?

L’autre source d’énergie qu’on connait actuellement, c’est surtout l’énergie nucléaire, donc il suffit de pas grand-chose, une toute petite source radioactive, pour générer à la fois de la chaleur et de l’électricité, c’est surtout à ça qu’on pense pour remplacer les grands panneaux solaires.

Interview de Monsieur Philippe GaudonInterview de Monsieur Philippe Gaudon
Interview de Monsieur Philippe Gaudon

Commenter cet article