Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La France participe à la prochaine mission de la NASA sur la Lune @NASA @CNES

Publié le par Charisson dans l'Espace

La France a rejoint une mission lunaire dirigée par la NASA et l'Europe devrait faire de même, a déclaré le chef de l'espace français.

 

Les agences spatiales américaine et française, la NASA et le CNES, ont signé lors du salon aéronautique du 19 juin à Paris un accord qui permettra à la France de participer à la mission baptisée «Artemis», d'après la déesse grecque de la chasse et de la lune. Le projet conçu par les États-Unis vise à envoyer «la première femme et le prochain homme» sur la surface lunaire dès 2024.

 

"Il y a un certain enthousiasme autour de la mission", a déclaré le président du CNES, Jean-Yves Le Gall, lors d'un entretien dans la capitale française après des entretiens entre les responsables des principales agences spatiales mondiales. "L'Europe doit clairement en faire partie."

 

Il a déclaré que l'Europe discuterait de l'ampleur de sa participation à Artemis à Séville, en Espagne, en novembre, lorsque les États membres et l'Agence spatiale européenne se réuniraient pour discuter des futurs plans spatiaux. Le bloc pourrait dépenser jusqu'à 600 millions d'euros (680 dollars) par an pour ce projet, a déclaré Le Gall.

 

L’Europe a surtout observé de côté les efforts des États-Unis et de la Chine pour atteindre le premier atterrissage lunaire habité depuis 1972, en se demandant quel rôle elle jouerait compte tenu de ses contraintes budgétaires et de son appétit moindre pour de gigantesques projets spatiaux.

 

Mais le président français Emmanuel Macron a exhorté le bloc à renforcer sa stratégie spatiale, évoquant de nouvelles menaces de la part de la Chine et de la Russie et des tensions avec les États-Unis, garant traditionnel de la sécurité européenne. Il s’est engagé à renforcer le programme spatial militaire de la France face à la militarisation progressive de l’atmosphère extérieure de la Terre.

Le Gall a déclaré que l'une des façons de financer Artemis serait de détourner les 150 millions d'euros que la France consacre chaque année à la Station spatiale internationale - une mission conjointe de la Russie, du Japon, des États-Unis, de l'Europe, du Canada et d'autres pays. 1998 et devrait prendre fin vers 2030.

Une femme ou un autre homme qui atterrit sur la Lune dans cinq ans n’est cependant pas certain.

 

La NASA continue de faire pression sur le Congrès et le président Donald Trump pour qu'ils approuvent le projet, qui nécessite 20 à 30 milliards de dollars supplémentaires, en plus du budget normal de l'agence, pour pouvoir démarrer en 2024, a déclaré à CNN son administrateur Jim Bridenstine le 14 juin Trump ce mois-ci a déclaré sur Twitter que la NASA devrait se concentrer sur Mars.

Lire la suite: Trump chides à la NASA pour se concentrer sur la lune après avoir focalisé la NASA sur la lune

La Chine, pour sa part, n’a pas fixé de date pour une mission lunaire habitée. Beijing a débarqué un robot de l'autre côté de la lune en janvier et a déclaré que les humains pourraient suivre, sans donner de délai.

Le Gall a déclaré qu’il n’y avait aucun plan pour que l’Europe développe sa propre capacité d’envoyer des humains dans l’espace et que, pour le moment, elle reste comme le «passager».

Mais la recherche spatiale en elle-même présente des avantages, a-t-il ajouté, et a conduit à des percées - telles que l'imagerie par résonance magnétique ou IRM, le système de positionnement global ou GPS, ainsi que le téflon, le revêtement antiadhésif utilisé dans les casseroles de cuisson.

 

"L'espace", a déclaré Le Gall, "est une vitrine."

 

Source : NASA

 

Article originale (en anglais) : https://www.bloomberg.com/news/articles/2019-06-20/france-hitches-a-ride-on-nasa-s-next-mission-to-the-moon

La France participe à la prochaine mission de la NASA sur la Lune @NASA @CNES

Commenter cet article