Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #les etoiles tag

Les astres observables ces prochaines semaines !

Publié le par Charisson dans l'Espace

Voir les commentaires

Interview de Paul QUILES à Cordes sur Ciel

Publié le par Charisson dans l'Espace

@CNES @ESA_fr @Thom_astro @CiteEspace @JY_LeGall @QuilsP

Voir les commentaires

Lisa pathfinder fin d'une mission

Publié le par Charisson dans l'Espace

Voir les commentaires

Des signaux radio détecté en provenance d'une étoile proche de la terre !

Publié le par Charisson dans l'Espace

L'astre, une naine rouge, se situe à seulement onze années-lumière de nous. Pour l'heure, l'origine des signaux captés par le radiotélescope n'est pas claire.

Des astronomes américains ont détecté "d'étranges" signaux radio dont ils cherchent à expliquer la nature et qui proviennent d'une étoile parmi les plus proches de la Terre, à seulement onze années lumière.

Ces émissions "très étranges" paraissent uniques pour une étoile de type "naine rouge", relèvent les scientifiques de l'observatoire Arecibo à Porto Rico dans un blog, soulignant que des observations d'étoiles similaires dans le voisinage n'ont pas permis de capter des signaux similaires. En avril et mai dernier, ces scientifiques ont enregistré des signaux venant de plusieurs étoiles dans le même voisinage, dont Gliese 436, Ross 128, Wolf 359 et HD 95735. 

Après avoir analysé ces données, ils ont constaté que l'étoile Ross 128 avaient émis des signaux radio étranges. "Nous avons réalisé que ces signaux étaient très étranges dans la séquence de dix minutes durant laquelle nous les avons captés", écrit Abel Mendez, directeur du Laboratoire d'Habitabilité Planétaire à l'université de Porto Rico à Arecibo, ajoutant que leur origine est inconnue.

"Nous pensons que ces signaux ne sont pas des interférences radio puisque ils sont uniques à Ross 128 et que les observations des autres étoiles immédiatement avant et après avoir capté ces émissions n'ont rien montré de similaire", explique-t-il.

 

Des astronomes américains ont détecté "d'étranges" signaux radio dont ils cherchent à expliquer la nature et qui proviennent d'une étoile parmi les plus proches de la Terre, à seulement onze années lumière.

Ces émissions "très étranges" paraissent uniques pour une étoile de type "naine rouge", relèvent les scientifiques de l'observatoire Arecibo à Porto Rico dans un blog, soulignant que des observations d'étoiles similaires dans le voisinage n'ont pas permis de capter des signaux similaires. En avril et mai dernier, ces scientifiques ont enregistré des signaux venant de plusieurs étoiles dans le même voisinage, dont Gliese 436, Ross 128, Wolf 359 et HD 95735. 

Après avoir analysé ces données, ils ont constaté que l'étoile Ross 128 avaient émis des signaux radio étranges. "Nous avons réalisé que ces signaux étaient très étranges dans la séquence de dix minutes durant laquelle nous les avons captés", écrit Abel Mendez, directeur du Laboratoire d'Habitabilité Planétaire à l'université de Porto Rico à Arecibo, ajoutant que leur origine est inconnue.

"Nous pensons que ces signaux ne sont pas des interférences radio puisque ils sont uniques à Ross 128 et que les observations des autres étoiles immédiatement avant et après avoir capté ces émissions n'ont rien montré de similaire", explique-t-il.

 

L'hypothèse extraterrestre n'est "pas la meilleure possible"

"Nous ignorons l'origine de ces signaux mais il y a trois principales explications possibles", poursuit l'astronome.

Il pourrait ainsi s'agir d'éruption de type solaire, d'émissions provenant d'un autre objet dans le champ d'observation de Ross 128 ou tout simplement d'une explosion d'un satellite de l'étoile circulant sur une orbite très éloignée.

L'astronome souligne aussi avec une pointe d'ironie que "l'hypothèse d'une émission provenant d'extra-terrestres vient très loin après de nombreuses autres meilleures explications possibles".

 

Dimanche soir, ces astronomes ont effectué de nouvelles observations de l'étoile avec l'observatoire Arecibo. Des scientifiques du SETI (Search for Extraterrestrial Intelligence) de Berkeley en Californie ont également mené des écoutes de Ross 128 avec le télescope Green Bank et l'Allen Telescope Array, un groupe de télescopes.

"Nous devons collecter les données des autres télescopes pour rassembler toutes ces observations afin de parvenir à une conclusion, probablement d'ici la fin de la semaine. Spoiler: pas d'aliens", a écrit mardi le professeur Mendez sur Twitter  (@ProfAbelMendez).

source : BFMTV

Des signaux radio détecté en provenance d'une étoile proche de la terre !

Voir les commentaires

Des livres sur l'espace comme cadeau ! Trop Bien !

Publié le par Charisson dans l'Espace

C’est plus mon anniversaire, mais ça c’est un super cadeau que ma fait ma mamie et que je viens de recevoir ! Merci Mamie ! Des super livres dont je vous laisse la description ci-dessous :

 

Bonjour cosmos !

Par Valentina Terechkova (Première femme de l’espace), et Valeri Bykovski (82 révolutions autour de la Terre). Préface de Youri Gagarine (premier homme de l’espace). Traduit du russe. Par eux-même. 1963.

Avec en prime une carte postale dédicacé de Youri GAGARINE. (Trop Bien)

 

Le chemin du cosmos

Le premier cosmonaute vous parle. Les éditions en langues étrangères, Moscou s.d. (1961).

 

UN SOVIETIQUE DANS LE COSMOS

Collection "Etudes Sovietiques". 12 AVRIL 1961.

Reprend l’histoire de Youri GAGARINE

 

L’ENCYCLOPEDIE DU COSMOS de 1970 en 6 volumes

 

Vol 1 : promesses de l'astronautique (avec une médaille)


Première partie : les programmes spatiaux. Le printemps des hommes, jeunesse de l'espace, l'astronautique adulte, les américains après Apollo, de la fusée à la navette, la station orbitale soviétique, la terre et la lune, l’homme ou robot et le monde à l’heure de l' espace.

Deuxième partie: satellites au service de la terre.  Découverte spatiale de la terre, une nouvelle ère de la géographie, le cadastre spatial, techniques de détection depuis l’espace, les satellites météo, espace et océan, espace et agriculture et vers une écologie planétaire.

 

Vol 2: découverte de l’espace (avec une médaille)

 

Première partie : télécommunication par le ciel. Les autoroutes de l’information, l’orbite géostationnaire, les satellites de communications US, les stations terriennes Intelsat, le programme Molnya, Anick le satellite domestique canadien, catalogue des fréquences, de Safran au système régional européen, les satellites et l' aviation, le programme Eole, la TV du futur, satellites et éducation et la radioastronomie.

Deuxième partie : l’espace cet inconnu. L’espace empire de la gravitation, les points de Lagrange, espace et apesanteur, la soleil, le vent solaire, la magnétosphère, les météorites messagères de l’espace, las comètes, les nouvelles astronomie, la raie Lyman alpha et notions de mécanique spatiale.


Vol 3: la lune et les planètes (avec une médaille)


Première partie : la lune monde fantastique. De la légende à l’astronomie, la lune que l’astronautique a découverte, l’étonnant magnétisme lunaire, les roches lunaires et leur composition, Lunakhod : un robot sur la lune, au centre de Yevpatoria, atlas de la face avant et la lune et ses mouvements.
Deuxième partie : l'exploration des planètes. La planète Mercure, la chaude venus, mars, la fascinante rouge, Phobos et Deimos, Jupiter la planète géante, saturne et son anneau, Uranus, la planète Neptune, la mystérieuse Pluton, caractéristiques.

 

Vol 4: l’homme hors de la terre (avec une médaille)

Première partie : l’homme à travers l’espace. Les cabines spatiales, l’homme et l’espace, astronautes et cosmonautes, le 12 avril 1961, une femme dans l’espace, marcher dans l’espace, et l’homme est allé sur la lune et le phénomène "light flashing".

Deuxième partie : la politique et l'astronautique. De la course à la coopération, les drames de l’espace, l’espace militaire, la coopération franco-soviétique et le droit et l’espace.


Vol 5: stations orbitales (avec une médaille)


Première partie: station orbitales ports de l’espace. Histoire de la station orbitale, la phase préparatoire, les stations orbitales soviétiques Saliout, Skylab, la première station orbitale américaine, la station orbitale de seconde génération et diététique spatiale.

Deuxième partie: des fusées à la navette. Du rêve à la navette, la fusée, les précurseurs, vers le système de transport spatial, les navettes, la propulsion de la navette, la navette en opération et le monde des fusées.


Vol 6: les industries du ciel (avec une médaille)


Première partie : l’astronautique phénomène économique. Les centres de la NASA, espace et économie soviétique, le Spacelab, le remorqueur spatial, le LM, l’envers d’une fusée et avionique.

Deuxième partie : vers l’infini. Pioneer vers les étoiles, les générateurs radio-isotopiques, cadastrer l’espace, la propulsion chimique, la propulsion électrique en URSS, la fusée nucléo thermique, Nerva, vers les systèmes écologiques et espace et médecine.

Encyclopédie du cosmos - Le chemin du Cosmos - Bonjour Cosmos - Un soviétique dans le Cosmos
Encyclopédie du cosmos - Le chemin du Cosmos - Bonjour Cosmos - Un soviétique dans le CosmosEncyclopédie du cosmos - Le chemin du Cosmos - Bonjour Cosmos - Un soviétique dans le Cosmos
Encyclopédie du cosmos - Le chemin du Cosmos - Bonjour Cosmos - Un soviétique dans le CosmosEncyclopédie du cosmos - Le chemin du Cosmos - Bonjour Cosmos - Un soviétique dans le CosmosEncyclopédie du cosmos - Le chemin du Cosmos - Bonjour Cosmos - Un soviétique dans le Cosmos
Encyclopédie du cosmos - Le chemin du Cosmos - Bonjour Cosmos - Un soviétique dans le CosmosEncyclopédie du cosmos - Le chemin du Cosmos - Bonjour Cosmos - Un soviétique dans le Cosmos

Encyclopédie du cosmos - Le chemin du Cosmos - Bonjour Cosmos - Un soviétique dans le Cosmos

Voir les commentaires

Observer le ciel du mois de juillet

Publié le par Charisson dans l'Espace

Vous aimez observer les étoiles ? Retrouvez tous les bons conseils de Serge Brunier dans cet article pour observer le ciel du mois de Juillet.

Voir les commentaires

Pluton c’était quoi comme planète ?

Publié le par Charisson dans l'Espace

Pluton n’est plus une planète de notre système solaire, mais elle a était reclassé en planète naine. Avant ce reclassement elle était considérée comme la neuvième planète de notre système solaire. C’est un corps céleste composé essentiellement de roches et de glaces de méthanes.

Pluton a un diamètre de 2 370 (deux mille trois cents soixante-dix) kilomètres est plus petite que notre Lune qui a un diamètre de 3 476 (trois mille quatre cents soixante-seize) kilomètres.

Son nom lui vient à la fois du Dieu Romain des enfers, mais aussi de Percival Lowell, astronome amateur qui l’a découverte en 1930 et dont les initiales forment les deux premières lettres de Pluton.

L’atmosphère de Pluton est très fine, principalement composée d’Azote (90 %) et de monoxyde de carbone (10 %).

L’atmosphère de Pluton n’est donc pas respirable pour l’homme.

Sa présence éloignée du soleil lui donne une période de révolution (faire un tour complet autour du soleil) de 248 ans alors que la terre met 365 jours 1/4. Sa période de rotation, c’est-à-dire le temps qu’elle met pour tourner sur elle-même est de 6 jours, 9 heures et 17 minutes, contre 24h00 pour la Terre.

Pluton possède au moins 5 satellites naturels connus. Le plus grand est Charon qui mesure la moitié de Pluton, ce qui est très gros pour un satellite.

Pluton une température de moins 223 degrés en moyenne, autrement dit, c’est une planète très hostile pour l’homme.

Pluton c’était quoi comme planète ?
Pluton c’était quoi comme planète ?Pluton c’était quoi comme planète ?Pluton c’était quoi comme planète ?
Pluton c’était quoi comme planète ?Pluton c’était quoi comme planète ?

Voir les commentaires

Neptune c’est quoi comme planète ?

Publié le par Charisson dans l'Espace

Neptune est la huitième et dernière planète de notre système solaire, c’est aussi la plus éloignée du soleil (notre étoile). C’est une planète géante de glace comme Uranus. Neptune est la deuxième planète géante de glace de notre système solaire.

Neptune a un rayon de 24 764 (vingt-quatre mille sept cents soixante-quatre) kilomètres, soit 4 fois celui de la Terre.

Son nom lui vient du Dieu Romain Neptune, le Dieu de la Mer que l’on représente avec un trident.

L’atmosphère de Neptune est très épaisse (8 000, huit mille kilomètres) principalement composée d’Hydrogène (84 %) et d’Hélium (12 %). Sa couleur bleue lui provient principalement du méthane.

L’atmosphère de Neptune n’est donc pas respirable pour l’homme.

Neptune possédait une grande tache sombre où les vents soufflait jusqu’à 2 500 (deux mille cinq cents) kilomètre par heure, mais depuis cette grande tache à disparu.

Sa présence éloignée du soleil lui donne une période de révolution (faire un tour complet autour du soleil) de 165 ans alors que la terre met 365 jours 1/4. Sa période de rotation, c’est-à-dire le temps qu’elle met pour tourner sur elle-même est de 16 heures, contre 24h00 pour la Terre.

Neptune possède au moins 14 satellites naturels connus. Le plus connu est Triton. Neptune possède aussi des astéroïdes partageant son orbite.

En plus de tout ça, Neptune possède des anneaux planétaires très peu visibles. Leur composition est inconnue à ce jour. Neptune une température de moins 200 degrés en moyenne, et des vents pouvant atteindre 600 mètres seconde, soit presque la vitesse du son ; autrement dit, c’est une planète très hostile pour l’homme.

Neptune c’est quoi comme planète ?
Neptune c’est quoi comme planète ?
Neptune c’est quoi comme planète ?
Neptune c’est quoi comme planète ?
Neptune c’est quoi comme planète ?

Voir les commentaires

Uranus c’est quoi comme planète ?

Publié le par Charisson dans l'Espace

Uranus est la septième planète la plus proche du soleil (notre étoile). C’est aussi une planète géante de glace et la troisième plus grosse des planètes de notre système solaire après Jupiter et Saturne. Uranus est la deuxième planète gazeuse la plus proche du soleil.

Uranus a un rayon de 25 559 (vingt-cinq mille cinq cents cinquante-neuf) kilomètres, soit 4 fois celui de la Terre.

Son nom lui vient du Dieu Grec Ouranos dont la transcription est Uranus en Romain. C’est le Dieu du Ciel.

L’atmosphère d’Uranus est principalement composée d’Hydrogène et d’Hélium. Elle peut être divisé en 3 couches : la troposphère (c’est la partie la plus proche du sol), la stratosphère (c’est la partie intermédiaire), et enfin la thermosphère (qui est la partie la plus haute de l’atmosphère Uranienne).

L’atmosphère d’Uranus n’est donc pas respirable pour l’homme.

Uranus possède plusieurs anneaux planétaires, 13 exactement. La plupart sont opaques et larges de quelques kilomètres. Ils sont composés de roches et de poussière.

Sa présence éloignée du soleil lui donne une période de révolution (faire un tour complet autour du soleil) de 84 ans alors que la terre met 365 jours 1/4. Sa période de rotation, c’est-à-dire le temps qu’elle met pour tourner sur elle-même est de 17 heures et 14 minutes, contre 24h00 pour la Terre.

Uranus possède 27 satellites naturels connus. Leurs noms leur a été données d’après les œuvres de William Shakespeare et Alexander Pope.

En plus de tout ça, Saturne à des vents à sa surface pouvant atteindre 900 kilomètres heure et une température de moins 224 degrés en moyenne, autrement dit, c’est plutôt une planète hostile pour l’homme.

Uranus est l’une des planètes que l’on peut observer à l’œil nu, mais il faut une obscurité parfaite et un ciel totalement dégagé, même avec ces condition, Uranus reste comme une étoile très peu lumineuse.

Uranus c’est quoi comme planète ?
Uranus c’est quoi comme planète ?Uranus c’est quoi comme planète ?
Uranus c’est quoi comme planète ?Uranus c’est quoi comme planète ?Uranus c’est quoi comme planète ?

Voir les commentaires

Saturne c’est quoi comme planète ?

Publié le par Charisson dans l'Espace

Saturne est la sixième planète la plus proche du soleil (notre étoile). C’est aussi la deuxième plus grosse des planètes de notre système solaire après Jupiter. Saturne est la deuxième planète gazeuse la plus proche du soleil.

Saturne est 9 fois et demie plus grande que la Terre, et à une masse volumique (un poids par rapport à sa taille) si faible que si on trouvait un océan assez grand pour la contenir, et bien Saturne flotterait à sa surface.

Son nom lui vient du Titan-Dieu Romain Saturne, Dieu qui précède l’hiver et qui est en sommeil le reste de l’année.

L’atmosphère de Saturne est constituée de 93,20 % d’hydrogène et à 6,7 % d’hélium, quelques traces d’autres composés chimique ont été dessellé, mais en très faible quantité.

L’atmosphère de Saturne n’est donc pas respirable pour l’homme.

Saturne possède plusieurs anneaux planétaires composés de roches et de glace. A eux seul ils constituent la caractéristique principale de la planète.

Sa présence éloignée du soleil lui donne une période de révolution (faire un tour complet autour du soleil) de 29,5 ans alors que la terre met 365 jours 1/4. Sa période de rotation, c’est-à-dire le temps qu’elle met pour tourner sur elle-même est de 10 heures et 39 minutes, contre 24h00 pour la Terre.

Saturne possède en grand nombre de satellites naturel mais il est difficile de donner un chiffre exact. Le plus connu est Titan qui se paie le luxe d’avoir une atmosphère.

En plus de tout ça, Saturne à des vents à sa surface pouvant atteindre 1800 kilomètres heure et une température de moins 180 degrés en moyenne, autrement dit, c’est plutôt une planète hostile pour l’homme.

Saturne est l’une des planètes que l’on peut observer à l’œil nu, mais c’est la plus éloignée et elle est très peu lumineuse.

Saturne c’est quoi comme planète ?Saturne c’est quoi comme planète ?
Saturne c’est quoi comme planète ?
Saturne c’est quoi comme planète ?Saturne c’est quoi comme planète ?

Voir les commentaires

1 2 > >>