Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles avec #science tag

Présentation du Rover Perseverance et de la Mission Mars 2020

Publié le par Charisson dans l'Espace

Le Rover Perceverance de la NASA, qui s’envole pour la planète MARS le 30 juillet 2020, est le plus perfectionné et le mieux équipé des machines envoyées sur la planète rouge par l’homme.

Il va rejoindre son petit frère CURIOSITY qui explore le sol martien depuis plusieurs années.

Perseverance est le fruit d’une coopération internationale afin de lui permettre d’embarquer un maximum d’outils ultra performants. Ces outils doivent nous en apprendre plus sur l’histoire de MARS et notamment sur la présence d’une vie Martienne actuelle ou passée.

Mais sans plus attendre, passons à la présentation de ces instruments en commençant par une présentation générale de Perceverance et de l’emplacement des instruments en regardant l’image ci-dessous, ainsi que la vidéo faite lors de la journée Mars 2020 à la Cité de l’espace de Toulouse.

Présentation du Rover Perseverance et de la Mission Mars 2020

MEDA : Mars Environmental Dynamics Analyzer est un analyseur dynamique de l’environnement de Mars. Il mesure la météo martienne en incluant la vitesse et la direction des vents, la température, l’humidité ainsi que la quantité et la taille des particules de poussières dans l’atmosphère martienne.

Présentation du Rover Perseverance et de la Mission Mars 2020

MOXIE : Mars Oxygen In-Situ Resource Utilization Experiment et un outil qui a pour mission de produire de l’oxygène à partir de l’atmosphère martienne, composé de dioxyde de carbone afin de préparer les futures explorations humaines de Mars.

Présentation du Rover Perseverance et de la Mission Mars 2020

PIXL : Planetary Instrument for X-ray Lithochemistry est un spectromètre à rayon X qui identifie les éléments chimiques à très petite échelle. Il est également équipé d’une caméra capable de prendre en photo des roches aussi petite qu’un grain de sel qui sont ensuite analysées. Ces deux instruments ont pour mission de trouver des traces microbiotiques de vie sur Mars.

Présentation du Rover Perseverance et de la Mission Mars 2020

RIMFAX : Radar Imager for Mars' Subsurface Experiment est un radar qui utilise des ondes pour sonder le sol sous le rover.

Présentation du Rover Perseverance et de la Mission Mars 2020

SHERLOC : Scanning Habitable Environments with Raman & Luminescence for Organics & Chemicals, monté sur le bras robotique du rover, utilise des spectromètres, un laser et une caméra afin de rechercher des éléments organiques et minéraux qui ont pu être altérés par un environnement aquatique et qui pourraient être des signes des vies passées microbiennes sur Mars.

Présentation du Rover Perseverance et de la Mission Mars 2020

MASTCAM-Z : c’est le nom de l’ensemble des systèmes de la caméra montée sur ce mat. Elle est équipée d’un zoom qui permet de prendre des photos en 3D et des vidéos à haute vitesse pour permettre un examen détaillé des objets même éloignés. Son travail principal sera de faire des vidéos en haute définition et des images panoramiques couleur 3D de la surface martienne. Elle est montée à 2 mètres de hauteur grâce au mat du Rover pour lui permettre des prises de vue sans obstacle.

Présentation du Rover Perseverance et de la Mission Mars 2020

SUPERCAM examine les roches et le sol martien à l’aide d’une caméra, d’un laser et d’un spectromètre. Ce dernier permet de décomposer la structure des roches pour connaitre leur composition. SuperCam permet de rechercher des composants organiques qui pourraient montrer une vie passée sur Mars. SuperCam est capable d’identifier la composition chimique et minérale de cibles aussi petites qu’une pointe de stylo, à une distance de 7 mètres.

Présentation du Rover Perseverance et de la Mission Mars 2020

Pour mieux se rendre compte de l’emplacement des instruments embarqués sur le Rover, regardez la photo ci-dessous.

Présentation du Rover Perseverance et de la Mission Mars 2020

Vous en connaissez un peu plus sur les instruments qui embarquent à bord de Perceverance, mais regardons et écoutons les scientifiques qui ont travaillés dessus nous en parler :

 

Sylvestre MAURICE : Astrophysicien à l’IRAP et spécialiste de l’exploration du Système Solaire. Avec le CNES il est responsable de la partie française de la caméra chimique des robots martiens Curiosity et Perseverance de la NASA.

Agnès COUSIN : Géologue, astronome à l’IRAP. Agnès COUSIN a travaillé sur les caméras chimiques des robots Curiosity et Perseverance. Elle est en charge de leur étalonnage, au laboratoire et à la surface de Mars. A ce titre, elle s’est chargée de la mise en place de la météorite martienne embarquée sur le Rover Perseverance.

David MIMOUN : Enseignant-chercheur et Professeur à l’ISAE-SUPAERO, spécialiste de la planète Mars, il présentera le microphone embarqué sur la caméra chimique ou analyseur laser SuperCam du robot Perseverance de la mission Mars 2020.

Jérémie LASUE : Astrophysicien à l’IRAP et spécialiste de Mars et des petits corps. Il explore Mars avec la caméra chimique de Curiosity, et bientôt avec Perseverance. Il participe aussi au retour d’échantillon de la lune de Mars Phobos par la sonde japonaise MMX.

Baptiste CHIDE : Doctorant à l’ISAE-SUPAERO et à l’IRAP travaille sur l’exploration sonore de la surface de la planète Mars en préparant le microphone de l’instrument SuperCam du Rover Perseverance de la mission Mars 2020.Grâce à cet équipement, on va pouvoir écouter pour la première fois l’ambiance sonore de la planète Mars.

Gabriel PONT : Ingénieur au CNES. Précédemment responsable de l’instrument, le sismomètre SEIS, sur la mission martienne INSIGHT, il est désormais responsable des équipes opérationnelles en charge des instruments français embarqués sur Curiosity et Perseverance.

André DEBUS : Docteur-ingénieur, chef de projet CNES des contributions françaises aux projets martiens, Mars2020 et Exomars (2022).

Un autre Rover avant lui était déjà parti pour Mars, il s’agit de Curiosity, regardons une démonstration de ses possibilités présentées par un animateur de la cité de l’espace.

Certes un spécialiste c’est bien, mais qu’en pense l’un des plus chevronné de nos spationautes, Jean-François CLERVOY, qui a effectué trois missions à bord de la navette spatiale américaine, en 1994 pour étudier l’atmosphère, en 1997 pour ravitailler la station russe MIR et en 1999 pour réparer le télescope spatial Hubble.

Enfin cet article n’aurait pu voir le jour sans l’accueil formidable que nous a offert la cité de l’espace de Toulouse lors de cette journée Mars 2020 et nous tenions en plus de les remercier de laisser le mot de la fin à son directeur général, Jean-Baptiste DESBOIS.

Voir les commentaires

Décollage de Solar Orbiter @esa @nasa

Publié le par Charisson dans l'Espace

La sonde de l’ESA (Agence Spatiale Européenne) Solar Orbiter à décollé cette nuit sans problème. Maintenant c’est un voyage de deux ans vers le soleil qui commence.

Une fois arrivé sur place il pourra commencer sa mission scientifique qui consiste à étudier le processus à l’origine du vent solaires, du champ magnétique héliosphérique, des particules solaires énergétiques et des perturbations interplanétaires transitoires ainsi que du champ magnétique du soleil.

Voir les commentaires

Comment mesure t’on la distance Terre-Lune ? #ApolloDay #Lune #science @CiteEspace

Publié le par Charisson dans l'Espace

Régulièrement la distance entre la Terre et la Lune est modifiée. Mais personne ne prend un mètre pour aller jusqu’à la Lune, alors comment fait-on ?

Et bien c’est assez simple en fait. Lors des missions Apollo, des réflecteurs lasers (ou prismes lunaires) ont été déposé sur le sol de la lune.

Comment mesure t’on la distance Terre-Lune ? #ApolloDay #Lune #science @CiteEspaceComment mesure t’on la distance Terre-Lune ? #ApolloDay #Lune #science @CiteEspace

On vise les prismes sur la Lune avec un rayon laser et on attend son retour. Ensuite il ne reste plus qu’à effectuer un calcul pour avoir la distance précise à quelques centimètres.

Le plus dur dans cette opération est que le rayon laser est détourné par l’atmosphère de la Terre, et que les prismes sont assez petits puisqu’ils font environ 50 cm sur 50 cm. C’est pour cela que les rayons envoyés vers la Lune effectuent un balayage de la zone où se trouve le réflecteur qu’il vise.

Ainsi les scientifiques sont certains de capter un signal en retour.

Comment mesure t’on la distance Terre-Lune ? #ApolloDay #Lune #science @CiteEspace

Il faut aussi savoir que les prismes sur le sol lunaire ne sont posés ni à plat, ni debout, mais orientés avec un angle précis de manière à renvoyer le rayon vers la position qu’auront les capteurs au moment du retour. Et oui, la Terre et la Lune sont en mouvement permanent et même si le rayon va à la vitesse de la lumière, le temps de faire le voyage aller et le voyage retour, la station qui transmet le signal n’est plus au même endroit.

Il y a aujourd’hui 5 primes déposés successivement par les missions Apollo 11, Luna 17, Apollo 14, Apollo 15 et Luna 21. Le plus utilisé est celui d’Apollo 15 puisque son utilisation est de 80 %.

Comment mesure t’on la distance Terre-Lune ? #ApolloDay #Lune #science @CiteEspace

C’est grâce à ces mesures que l’on sait que la Lune est à environ 384 467 Kilomètres (trois cent quatre-vingt quatre milles quatre cent soixante sept kilomètres) de la Terre et qu’elle s’éloigne de 3,8 cm par an.

Voir les commentaires

EYESAT : Un cubesat prêt à décoller. Mais c'est quoi @CNES

Publié le par CNES

EYESAT : Un cubesat prêt à décoller. Mais c'est quoi @CNES

Voir les commentaires

La France participe à la prochaine mission de la NASA sur la Lune @NASA @CNES

Publié le par Charisson dans l'Espace

La France a rejoint une mission lunaire dirigée par la NASA et l'Europe devrait faire de même, a déclaré le chef de l'espace français.

 

Les agences spatiales américaine et française, la NASA et le CNES, ont signé lors du salon aéronautique du 19 juin à Paris un accord qui permettra à la France de participer à la mission baptisée «Artemis», d'après la déesse grecque de la chasse et de la lune. Le projet conçu par les États-Unis vise à envoyer «la première femme et le prochain homme» sur la surface lunaire dès 2024.

 

"Il y a un certain enthousiasme autour de la mission", a déclaré le président du CNES, Jean-Yves Le Gall, lors d'un entretien dans la capitale française après des entretiens entre les responsables des principales agences spatiales mondiales. "L'Europe doit clairement en faire partie."

 

Il a déclaré que l'Europe discuterait de l'ampleur de sa participation à Artemis à Séville, en Espagne, en novembre, lorsque les États membres et l'Agence spatiale européenne se réuniraient pour discuter des futurs plans spatiaux. Le bloc pourrait dépenser jusqu'à 600 millions d'euros (680 dollars) par an pour ce projet, a déclaré Le Gall.

 

L’Europe a surtout observé de côté les efforts des États-Unis et de la Chine pour atteindre le premier atterrissage lunaire habité depuis 1972, en se demandant quel rôle elle jouerait compte tenu de ses contraintes budgétaires et de son appétit moindre pour de gigantesques projets spatiaux.

 

Mais le président français Emmanuel Macron a exhorté le bloc à renforcer sa stratégie spatiale, évoquant de nouvelles menaces de la part de la Chine et de la Russie et des tensions avec les États-Unis, garant traditionnel de la sécurité européenne. Il s’est engagé à renforcer le programme spatial militaire de la France face à la militarisation progressive de l’atmosphère extérieure de la Terre.

Le Gall a déclaré que l'une des façons de financer Artemis serait de détourner les 150 millions d'euros que la France consacre chaque année à la Station spatiale internationale - une mission conjointe de la Russie, du Japon, des États-Unis, de l'Europe, du Canada et d'autres pays. 1998 et devrait prendre fin vers 2030.

Une femme ou un autre homme qui atterrit sur la Lune dans cinq ans n’est cependant pas certain.

 

La NASA continue de faire pression sur le Congrès et le président Donald Trump pour qu'ils approuvent le projet, qui nécessite 20 à 30 milliards de dollars supplémentaires, en plus du budget normal de l'agence, pour pouvoir démarrer en 2024, a déclaré à CNN son administrateur Jim Bridenstine le 14 juin Trump ce mois-ci a déclaré sur Twitter que la NASA devrait se concentrer sur Mars.

Lire la suite: Trump chides à la NASA pour se concentrer sur la lune après avoir focalisé la NASA sur la lune

La Chine, pour sa part, n’a pas fixé de date pour une mission lunaire habitée. Beijing a débarqué un robot de l'autre côté de la lune en janvier et a déclaré que les humains pourraient suivre, sans donner de délai.

Le Gall a déclaré qu’il n’y avait aucun plan pour que l’Europe développe sa propre capacité d’envoyer des humains dans l’espace et que, pour le moment, elle reste comme le «passager».

Mais la recherche spatiale en elle-même présente des avantages, a-t-il ajouté, et a conduit à des percées - telles que l'imagerie par résonance magnétique ou IRM, le système de positionnement global ou GPS, ainsi que le téflon, le revêtement antiadhésif utilisé dans les casseroles de cuisson.

 

"L'espace", a déclaré Le Gall, "est une vitrine."

 

Source : NASA

 

Article originale (en anglais) : https://www.bloomberg.com/news/articles/2019-06-20/france-hitches-a-ride-on-nasa-s-next-mission-to-the-moon

La France participe à la prochaine mission de la NASA sur la Lune @NASA @CNES

Voir les commentaires

Lune, Episode II, On y retourne !

Publié le par Charisson dans l'Espace

@CiteEspace @florencseroussi

Lune, Episode II, On y retourne !

Lune, Episode II, On y retpurne !

 

384400 km, c’est la distance qui sépare notre Terre de l’astre le plus proche de nous ; la Lune ! Et bien moi j’ai de la chance parce que depuis peu, la distance qui me sépare de la Lune est de 100 km.

 

Non je n’ai pas emménagé dans une station spatial en orbite autour de la Lune, mais j’ai la chance de vivre à 100 km de la Cité de l’Espace de Toulouse.

 

Le rapport me direz-vous ? Il est simple, depuis le 20 avril 2019, tel Neil Armstrong et Buzz Aldrin, vous aussi venez poser votre empreinte sur le sol lunaire.

 

Avec l’exposition « Lune, Épisode II, on y retourne » vous pourrez découvrir tous les secrets de cet astre en vous promenant sur la base lunaire de la cité de l’espace.

 

Travail, loisir ou vie quotidienne des Moonwalkers, ils vous disent absolument tout. Vous pourrez même faire une sortie guidé dans un Rover de transport qui vous emmènera vous promener a l’extérieur des installations de la base lunaire.

 

Une visite en immersion total qui mettra votre esprit en apesanteur ! 

Lune, Episode II, On y retourne !Lune, Episode II, On y retourne !
Lune, Episode II, On y retourne !Lune, Episode II, On y retourne !Lune, Episode II, On y retourne !
Lune, Episode II, On y retourne !Lune, Episode II, On y retourne !

Voir les commentaires

Le Codex de Léonard de Vinci en ligne

Publié le par Charisson dans l'Espace

Découvrez les 1119 pages de Codex de Léonard de Vinci sur Atlanticus !

Toutes les pages des inventions de ce génie sont disponible.

lien ci-dessous :

Article original à découvrir ci-dessous.

Voir les commentaires

Horizons Mission Time-Laps @esa

Publié le par Charisson dans l'Espace

Voir les commentaires

BepiColombo mission to Mercury #BepiColombo

Publié le par Charisson dans l'Espace

Voir les commentaires

Ryugu c’est quoi comme astéroïde ? @CNES @haya2e_jaxa

Publié le par Charisson dans l'Espace

Ryugu est un astéroïde découvert en 1999 lors du projet LINEAR.

Astéroïde Ryugu
Astéroïde RyuguAstéroïde Ryugu

Astéroïde Ryugu

C’est ce que l’on appelle un astéroïde Apollon (c’est-à-dire que la distance, aussi appelé demi-grand axe,  entre le centre de l’ellipse qu’il forme et le point le plus éloigné est supérieur à 1 ua* et que la distance, aussi appelé périhélie,  entre l’astéroïde et le soleil lorsqu’il est au plus proche est inférieur à 1,017 ua*)

* ua : Unité Astronomique, environ 150 millions de kilomètres, elle correspond approximativement à la distance entre la Terre et le Soleil.

Ryugu c’est quoi comme astéroïde ? @CNES @haya2e_jaxaRyugu c’est quoi comme astéroïde ? @CNES @haya2e_jaxa

C’est aussi un astéroïde Géocroiseur, qui évolue à proximité de la Terre. Cela est obligatoire si on souhaite pouvoir se rendre dessus pour l’étudier.

Ryugu c’est quoi comme astéroïde ? @CNES @haya2e_jaxa

En 2018 on lui a découvert une activité cométaire. Une activité cométaire est le nom que l’on donne à la présence d’une petite atmosphère autour du noyau solide d’un petit corps du système solaire comme une comète. Cette atmosphère apparait lorsque de la glace contenus dans ce noyau fond et libère des gaz par réchauffement à l’approche du soleil.

Ryugu c’est quoi comme astéroïde ? @CNES @haya2e_jaxa

Son nom lui vient du mot Ryūgū-jō qui est le nom que porte le palais sous-marin  du dieu dragon de la mer Ryūjin dans la mythologie japonaise.

Ryugu c’est quoi comme astéroïde ? @CNES @haya2e_jaxa

Ryugu mesure environ 875 mètres (à 15 mètres près) soit environs 3 tours Eiffel

Ryugu c’est quoi comme astéroïde ? @CNES @haya2e_jaxa

En 2018, la sonde spatiale japonaise Hayabusa 2 c’est placé en orbite autour de Ryugu afin d’effectuer des recherches scientifiques, pour cela elle a envoyé à sa surface l’atterrisseur Mascot qui s’est posé le 03 octobre 2018.

Sonde Hayabusa 2 et Mascot

Sonde Hayabusa 2 et Mascot

Juste avant que la sonde envoi Mascot à la surface del’astéroïde, elle fait atterrir deux micro-robots dénomés Minerva II 1 et 2. Ces deux micro-robots sont en fait des Rover de 1,5 à 2,5 kg de forme cylindrique à 6 faces de 7 centimètres de haut chacune et de 17 centimètres de diamètre. C’est la première fois que des Rover se posent à la surface d’un Astéroïde.

Rover Minerva II 1 et 2Rover Minerva II 1 et 2Rover Minerva II 1 et 2

Rover Minerva II 1 et 2

Voir les commentaires

1 2 3 > >>